Sergio Noja Noseda (1931-2008): His Live, Works, and Contributions to Quran Manuscript Studies

سرجو-نوزاده-1-750x4224271109757359061345..jpg
Sergio Noja Noseda. Image source: Il Giornale, 2006

By Ahmed Shaker

Introduction

‘Serendipity’ is a word coined by the English author and politician Horace Walpole in the mid-18th century. In a letter sent to his friend Sir Horace Mann in 1757, Walpole expressed his admiration of a Persian fairy tale about the adventures of The Three Princes of Serendip who “were always making discoveries, by accidents and sagacity, of things they were not in quest of.” Thus, gradually, the word had become known in the Western literature to indicate the role coincidence plays in the discovery of unexpected things, or as modern dictionaries put it: “the faculty or phenomenon of finding valuable or agreeable things not sought for.”

I learned about this word lately when interviewed Alba Fedeli–a Research Fellow at the University of Birmingham–to discuss digital philology and Quranic manuscripts. When I asked her: “How your interest in Quranic manuscripts came about?” she stated that, despite her enthusiasm for manuscripts since childhood, serendipity remained an influential factor in finding what would be her new career. It was the late Italian Arabist Sergio Noja Noseda (1931-2008) who inspired her to study early Quranic manuscripts and involved her in his projects without prior planning from her side. Furthermore, young Noseda was fascinated too by the Giorgio Levi Della Vida’s (1886-1967) Frammenti coranici in carattere cufico [i.e. Quranic Fragments in Kufic Characters] (1947), of which he would spend long hours navigating through its pages that extensively describes a number of ‘Kufic’ Quran fragments kept at Biblioteca Apostolica Vaticana.

The present article aims at introducing the reader to the life and works of an Italian scholar who specialized in Islamic law, Arabic language and literature, Islamic civilization, and above all was one the most prominent contributors to Quran manuscript studies in the late 20th century, as evident from his Sources de la transmission manuscrite du texte coranique series.

Sergio Noja Noseda (1931-2008): His Live and Works

Sergio Noja Noseda was born in Pola, Italy on 7 July 1931. After completing his university studies, he enrolled in the Biblioteca Ambrosiana in Milan. In 1964, he published, in collaboration with Giovanni Galbiati (1888-1966), an Arabic legal manuscript accompanied by Italian translation, entitled Aḥkām al-ʻAtīqah wa hya qawānīn lil-Naṣārī min al-ʻArab: Precetti e canoni giuridico morali per Arabi cristiani. And later on, he published an unknown copy of an apocryphal Arabic gospel attributed to Thomas.

In 1967, Noja was appointed lecturer at the University of Turin, where he taught Islamic law for a decade. At the time, he published an Italian translation of parts from Ṣaḥīḥ al-Bukhārī: Detti e fatti del Profeta dell‟Islam, raccolti da al-Buhari (Turin, 1983); a catalogue of oriental manuscripts kept at Turin University National Library: Fihris al-Makhṭūṭāt al-ʻArabīyah wa-al-Turkīyah wa-al-Fārisīyah fī al-Maktabah al-Waṭanīyah (Turin, 1974); and a catalogue for the Arabic manuscripts in the Royal Library: Catalogue of Arabic Manuscripts in the Royal Library of Turin (Rome, 1984).

Despite being passionate for Oriental manuscripts, Noseda focused his attention on the history of Arabs and Islamic civilization. To this purpose, he published a modern biography of Prophet Muḥammad in Italian, which was distinguished by the employment of pre-Islamic Arabic poetry and the representation of extant archaeological excavation from Arabian Peninsula before Islam. Therefore, It was admired widely inside and outside Italy. The biography was succeeded by the publication of four titles in a series dedicated to the ‘History of Muslim communities’ which comprehensively covers a wide range of historical periods from Arabs before Islam to the withdrawal of Russian military troops from Afghanistan in 1988.

The series included the following titles:

1. ‘Muhammad the Prophet of Islam’ (1990).

2. ‘The Expansion of Islam: From the Death of the Prophet to the Mongols (632-1258)’ (1993).

3. ‘The Age of Islamic Inertia: From the Fall of Baghdad to the Fall of Napoleon in Egypt’ (1994).

4. ‘Modern Islam: From Napoleon’s Invasion of Egypt to the Withdrawal of the Red Army from Afghanistan’ (1995).

In 1976–based on a recommendation from Francesco Gabrieli (1904-1996)–Noseda was assigned professor of Arabic language and literature at the Università Cattolica del Sacro Cuore in Milan. And in 1991, he was elected member of the Lombardo Academy of Sciences and Literature, following a nomination from Cardinal Martini (1927-2012) for Noseda to fill the position of Trustee of the Biblioteca Ambrosiana.

In 1998, he was awarded the Order of Merit of the Italian Republic–the highest granted award in the fields of arts, literature, and economics in Italy. In the same year, he founded the Ferni Noja Noseda Studi Arabo Islamici (Lesa) with the aim of publishing and distributing classical Arabic literature and Islamic studies publications in Italy. Moreover, the foundation was known for its efforts in reproducing the earliest extant witnesses of the Quranic text (i.e. fragments, codices, papyri) as facsimile editions. Therefore, the foundation launched the Amari Project; which will be discussed in details in the next section.

The Amari Project (1998-2001)

Микеле_Амари.jpg
Michael Amari (1806-1889). Image source: Wikimedia Commons

Among the goals of the Ferni Noja Noseda Studi Arabo Islamici was to publish the most valuable and oldest Quranic manuscripts in today’s libraries as full-scale replicas. Hence, the Amari Project was launched in the late 20th century in remembrance of Michele Amari (1806-1889). Amari, who was a fugitive from the Bourbons in Naples, found refuge in France. As Orientalist and Sicily historian, he was interested in studying Arabic language and collecting every historical or geographical reference to the island of Sicily that could be found in the Arabic manuscripts acquired by the Royal Library (now Bibliothèque nationale de France) in Paris. The library, in turn, sponsored and assigned him with the task of classifying the manuscripts of the Arabic department. 

The manuscripts Amari worked on included a substantial number of ancient Qurans as part of the Jean-Louis Asselin de Cherville’s (1772-1822) collection. Many of these Quranic manuscripts–purchased by then Royal library in 1833–were acquired from the Mosque of ‘Amr in Al-Fusṭāṭ during Napoleon’s campaign to Egypt.

The Amari Project–in honorary of Michele Amari–was officially inaugurated in 1998. In collaboration with François Déroche, Noseda published the first volume of the Sources de la transmission manuscrite du texte coranique [i.e. Sources of the handwritten transmission of the Quranic text] series, entitled: Les manuscrits de style hịǧāzī. 1, Le manuscrit arabe 328 (a) de la Bibliothèque nationale de France. Written in the so-called Māʼil script (i.e. cursive), this Qur’anic manuscript is considered one of the oldest Qurans in the world today. The edition has reproduced the first 56 folios; that is BnF Arabe 328a. However, in 2009, Déroche was able to identify more dispersed folios at the National Library of Russia (Marcel 18; 18 folios) Which–based on codicological and paleograhical criterias–found resemble to the same manuscript in Paris, raising the number of folios to 98, which represent about 45% of the Quranic text. Other corresponding folios, though minimal in quantity, were located too at the Biblioteca Apostolica Vaticana (Vat.Ar.1605; 1 folio), and The Nasser D. Khalili Collection of Islamic Art, London (KFQ 60; 1 folio). The new Latin designation, which brings all the scattered folios together, has become known as Codex Parsino-Petropolitanus.

in 2001, Noseda and Déroche published the first part of the second volume of the series, entitled Les manuscrits de style ḥiǧāzī. 2, tome 1, Le manuscrit Or. 2165 (f.1 a 61) de la British Library. The manuscript, Or. 2165, is the British Library’s oldest Quran in Māʼil style, and dated to the 7th or 8th century CE. In full, it has 121 folios, but the facsimile edition included the first 61 folios only. The rest of the 60 folios were scheduled for a future publication, but have never been released since. On the provenance of Or. 2165, Noseda tells us that historical information about this Quranic fragment is almost ‘non-existent.’ However, there is a note that appears in the flyleaf at the end of the manuscript, reading: «Br of the Rev. Greville J. Chester 29 April 1879». In fact, Greville John Chester (1830-1892) was a clergyman and manuscripts collector, who was interested in natural history, archaeology, and Egyptology. He would travel almost every winter outside the country, where Egypt is his favourite destination. Based on this observation, it is likely that he acquired this manuscript from Egypt, and then presented it to the British Library who made the purchase in 1879. As in the case of Codex Parsino-Petropolitanus, other scattered folios of the same manuscript, Or. 2165, were located at the Bibliothèque nationale de France, Paris (BnF Arabe 328e; 6 folios), and Dār al-Āthār al-Islāmīyah, Kuwait (LNS 19 CA; bi-folium). Therefore, the number of folios extended to 128. Furthermore, Ms. Or. 2165 and its affiliated folios, represent about two-thirds of the Quranic text.

Les manuscrits de style hịǧāzī, vols. 1, 2. Photograph Ahmed Shaker

The Amari Project aims to:

1. enable scholars and researchers to access the most valuable and oldest witnesses of the Quranic text (i.e. fragments, codices, papyri) from world’s libraries by reproducing them in full-scale replicas; which would make the comparison with other Quranic manuscripts possible.

2. Attach a CD-ROM with each volume containing the actual transcription of the Quranic text as presented in manuscripts, in computerized Naskhi script; that would facilitate the electronic comparison between the modern printed Qurans and the early Quranic manuscripts.

Among the other objectives of Amari Project was the compilation and reprinting of articles–now hard to find or out of print–written by leading philologists and manuscript experts. The first and second volumes had already included essays by Gotthelf Bergsträsser, Otto Pretzl, Antoine Isaac Silvestre de Sacy, and Michael Amari. Their writings represent the core of this type of scholarship in the West From the nineteenth century until the first half of the twentieth century.

Unexpected Death and Resumption of the Project

noseda-2006-1
Sergo Noseda. Image credit: Tatyana Fedorova, 2006

On 31 January 2008, professor emeritus Noja Noseda died in a sudden traffic accident in the city of Lesa. He was very active then. On the one hand, he and his team, who travelled to Yemen on numerous occasions, obtained a license from the Yemeni officials to photograph and publish three early Quranic fragments from the trove of Ṣanʿāʾ. These fragments would have been published as part of Sources series.

On the other hand, the third volume of Amari Project, which was a combination of early Quranic fragments from various libraries, was ready to be printed. Moreover, He even completed the second part of volume two, which would have included the folios (62-121) of the British Library’s oldest Quran–Or. 2165.

With the death of Noseda, the Amari Project, as well as the works of the Ferni Noja Noseda Studi Arabo Islamici, were suspended. As for the status of the project after his death, his pupil, Dr. Alba Fedeli, told me that the work has been transferred to the German-French team, represented by the Corpus Coranicum project in Berlin. Moreover, in 2011, Brill announced a new series entitled “Documenta Coranica” (i.e. Quranic documents); edited by François Déroche, Michael Marx, Angelika Neuwirth, and Christian Robin. The new German-French series will publish the most valuable and oldest Quranic witnesses (i.e. fragments, codices, papyri) in the form of replica, accompanied by essential comments and marginalia. The first volumes, currently being prepared, include the early Quranic fragments from the trove of Ṣanʿāʾ, and a complete edition of the British Library’s oldest Quran–Ms. Or. 2165.

In commemoration of his memory, his friend Efim Rezvan produced a short film titled “From Russia with Love: In Memory of Professor Sergio Noja Noseda”. Noseda, says Rezvan, was proud of his successful attempts to establish academic ties between Arab Muslim scholars and their Western counterparts to study the traditions of early Qur’anic manuscripts. To this purpose, the International Center for Research and Cataloging of Ancient Arabic Manuscripts was established and two scientific sessions were held in Cairo in 2006 and 2007.

Concluding Remark

There is no doubt that the growing field of Quranic manuscript studies has lost a fine scholar and a prominent contributor. After decades of stagnation, Noseda was able to revive the studies conducted on early Quranic manuscripts and fragments. Without Amari Project, it would not have been possible to observe the presence of Quranic manuscripts in the academic works that dealt with the Quran, its compilation, and textual transmission.


*This is the English modified edition of an article I previously published in Arabic on April 30, 2017, entitled ‘al-Mustaʻrib al-Īṭālī Sergio Noseda Muḥaqqiq al-Maṣāḥif al-Ḥijāzīyah’ [link]. For citations and references, see the Arabic article for now [A.S.]

Last update on April 13, 2019

La découverte d’un Coran du VIIIe siècle écrit sur un texte biblique copte: entretien avec Eléonore Cellard et Catherine Louis

[Cette interview est également disponible en arabe et en anglais]

Edité par Ahmed Shaker et Abderrahmane Ettousy

En avril 2018, la maison de ventes aux enchères Christie’s a proposé un manuscrit coranique ancien à la vente dans le cadre de sa vente aux enchères consacrées à l’art du monde islamique et indien, qui comprenait des tapis et des carpettes orientales.

Le manuscrit coranique, qui est présenté pour la première fois, se compose de neuf folios miniatures, le plus grand mesure 12,7 x 11,1 cm, et contient des versets partiels de Surat Al al-Mā’ida (versets 40-58; 69-76; 83-88; 116-120), et Surat Al-Anʻām (versets 1-9), il est écrit en hijazi ou en kufique ancien sur un parchemin vertical, et est daté du IIe siècle AH / VIIIe siècle de notre ère.

C’est grâce à Éléonore Cellard (chercheuse française) que le manuscrit de Christie’s a êtes identifié comme étant un palimpseste, c’est-à-dire; un parchemin qui a êtes réutilisé pour copier un nouveau texte, elle a réussi à détecter dans les neuf fragments des traces d’un texte copte plus ancien, qui sera identifié plus tard comme étant des passages de la Bible de l’ancien Testament.

Cette découverte est considérée comme remarquable, non seulement parce que les palimpsestes coraniques connu sont rares, mais aussi parce que la réutilisation d’un manuscrit copte pour copier un texte coranique au-dessus de celui-ci est très intéressant, et indique l’existence d’une communication culturelle en Égypte au IIe siècle.

En 26 avril 2018, le palimpseste “Copte-Coranique” a rapporté la somme de 596 750 £, soit cinq fois le prix estimé ( 80 000 – 120 000 £.)

dbt0qwyx4aybpib
Le palimpseste copto-coranique de Christie a été vendu le 26 avril 2018 au prix de 596 790 £. Source: ChristiesInc / Twitter

Pour mettre en évidence les origines, les particularités codicologiques, les lectures textuelles et la signification globale du palimpseste copto-coranique de Christie, nous avons eu l’occasion de parler à Éléonore Cellard et Catherine Louis, respectivement, Cellard est Post-doctorat au collège de France à Paris, Cellard s’intéresse à l’étude de la transmission écrite du texte coranique à travers les plus anciens manuscrits coraniques encore existants, dans ce contexte, elle a récemment publié en 2017 (Brill) un livre intitulé Codex Amrensis 1 ; une reproduction d’un fragment coranique du VIIIe siècle, disséminé dans quatre institutions différentes en Europe et au Moyen-Orient. Quant à Catherine Lewis, elle est chargée de recherche à l’Institut de recherche et d’histoire des textes du CNRS, à Paris, elle s’intéresse à l’étude du christianisme primitif en Égypte, l’édition et le catalogage des manuscrits copte, et à la fabrication des livres à cette époque. Elle est également rédactrice en chef à la revue Cahiers de la bibliothèque Copte.

copto-coran palimpsest
Palimpseste copto-coranique de Christie. Sur cette photo, vous pouvez voir assez clairement le texte copte en dessous du texte coranique. Source: Christie’s

L’interview

Comment avez-vous découvert le palimpseste ?

Eleonore Cellard (EC) : J’ai découvert ce palimpseste en feuilletant le Catalogue de vente d’art islamique de Christie’s, du 26 Avril 2018, qui était accessible en ligne. L’un des lots, intitulé « nine folios from a rare Late Hijazi or early kufic small square Qur’an », m’intéressait particulièrement pour les recherches que je mène sur les manuscrits coraniques anciens, datables du 2e s. Hégire/8e siècle de notre ère. Les images étant de très bonne qualité, j’ai pu faire des agrandissements et m’assurer qu’il ne s’agissait pas de simples traces d’usure du parchemin, mais bien d’une écriture effacée.

Mais cette découverte n’est pas due au hasard. Depuis plusieurs mois déjà, je travaillais sur d’autres  manuscrits palimpsestes, en cherchant d’une part à comprendre dans quels contextes culturels et matériels ils apparaissaient, et aussi quelles étaient les techniques employées pour faire réapparaître ces écritures effacées. On peut dire en quelque sorte que mon regard était entraîné à observer ce qu’il y a au-delà de l’écriture visible. Peut-être que sans ce travail préalable, le texte effacé m’aurait échappé ; tout comme il avait échappé à l’œil de son ancien propriétaire ou des experts de Christie’s. Et je dois dire que, sur le coup, j’ai cru que mon imagination me jouait un tour.

Quelle est l’importance de cette découverte ?

EC : A mon sens, ce document enrichit profondément notre connaissance de la transmission manuscrite du Coran, et, plus généralement celle des textes dans la culture livresque de l’Orient de l’Antiquité tardive. Deux éléments me semblent particulièrement importants dans cette perspective.

Premièrement, grâce à l’écriture copte effacée que l’on peut facilement localiser en Egypte, ce document nous donne un indice sur les lieux de production des manuscrits coraniques anciens. Il s’agit là d’un indice très précieux, car il faut rappeler que nous n’avons aucune information de ce genre dans les manuscrits : ils ne comportent aucune note de provenance avant le milieu du 3e s. H./9e s de notre ère, voire plus tard. En outre, la plupart des manuscrits ont été découverts, à partir des 17e -18e s., rassemblés dans les mosquées de grandes urbains ; des centres qui n’ont peut-être rien à voir avec les lieux de copie. Au contraire, ce palimpseste atteste ici que l’Egypte a bien été un lieu d’activité de la transmission manuscrite du Coran, au moins dès le milieu du 8e siècle.

Deuxièmement, ce nouveau palimpseste vient compléter notre vision des pratiques scribales du Coran. Aujourd’hui, il existe de nombreux témoignages de palimpsestes conservés dans les cultures livresques juives et chrétiennes d’Orient et d’Occident : pour ne donner qu’un exemple, plus de 20% des lectionnaires du NT en majuscule grecque recensés sont des palimpsestes. A l’inverse, nous ne disposons que de quelques palimpsestes pour la copie du Coran (ils représentent environ moins de 0,03% des manuscrits,). L’étude de ces témoins exceptionnels va nous permettre comprendre les enjeux et les contextes dans lesquels de tels artefacts ont été produits. Dans le cas présent, le palimpseste copto-coranique reflète des contraintes économiques qui s’inscrit bien dans la culture livresque de l’Egypte multiculturelle du 8e siècle.

Avons-nous d’autres exemples de palimpsestes coraniques outre le « palimpseste de Christie’s ?

EC : Actuellement nous connaissons 4 autres manuscrits coraniques palimpsestes, chacun ayant été produits dans des contextes différents les uns des autres. Isolons d’emblée le palimpseste Lewis-Mingana de la Bibliothèque de Cambridge : à l’inverse des trois autres, ce dernier comporte des folios à l’origine coraniques qui ont été effacés pour être réutilisés dans un contexte chrétien. Deux autres palimpsestes – l’un probablement du 2e/8e siècle, l’autre plus tardif – ont été découverts dans la collection de San‘a’ ; chacun est proprement coranique[1], qu’il s’agisse du texte effacé ou de celui qui a été réécrit au-dessus. Le troisième palimpseste a été identifié grâce un fac-similé publié au début du 20e s. et conservé à la Staatsbibliothek de Berlin[2]: il s’agit d’un folio provenant de la collection de la Grande mosquée de Damas, comportant un texte certainement en grec, effacé au cours du 3e/9e siècle, pour copier un texte coranique.

Toutefois, il faut rappeler que nous n’avons pas encore de vue d’ensemble de toutes les collections. D’autres palimpsestes existent peut-être dans les collections qui se trouvaient dans les grandes mosquées de Damas ou de San‘a’. D’autres, enfin, ont peut-être circulé en dehors de ces collections, dans des milieux où l’accès aux matériaux d’écriture était plus difficile. En somme, l’extrême rareté de cette pratique de réutilisation du parchemin dans le contexte coranique est peut-être simplement due au hasard de la conservation.

Quelle a été votre première impression lorsque vous avez examiné le palimpseste?

Catherine Louis (CL) : J’ai d’abord été très excitée par cette belle découverte, totalement inattendue. L’écriture sous-jacente montrait des signes d’ancienneté, et le fait qu’elle ait été effacée pour que les fragments soient réutilisés pour la copie d’un Coran est un fait unique. Par ailleurs, certains fragments coptes, les premiers à avoir pu être identifiés, montraient que nous avions affaire à au moins deux passages bibliques, ce qui rendait le lot encore plus intéressant. Les difficultés liées à la lecture du texte sous-jacent rendait encore le tout plus intéressant (c’était une sorte de “challenge”).

Le texte copte inférieur est-il lisible? Si oui, que dit-il?

CL : Deux des fragments présentent une face assez lisible, et ont été identifiés peu après leur découverte par A. Boud’hors (CNRS-IHT, Paris) et A. Suciu (Akademie der Wissenschaften, Göttingen) comme contenant des extraits du Deutéronome et d’Isaïe. Deux autres fragments contiennent eux aussi des extraits du Deutéronome et d’Isaïe, mais ils sont beaucoup moins clairement lisibles. Concernant les cinq fragments restants, je soupçonne deux d’entre eux de contenir eux aussi des extraits bibliques, mais le texte n’est pas assez lisible pour que l’on puisse déterminer avec certitude de quel passage il s’agit. Il nous reste encore trois fragments sur lesquels, malheureusement, on ne déchiffre que quelques lettres, qui ne permettent pas pour le moment de les identifier.

Est-il encore possible de dater le texte inférieur copte?

CL : Oui, approximativement. Nous savons que ces fragments provenaient d’un manuscrit copte qui fut sans doute d’un format assez réduit. Il est écrit dans une majuscule dite “biblique”, (du nom de l’onciale utilisée dans de nombreux manuscrits bibliques grecs anciens). Cette écriture correspond également à celle que l’on retrouve dans différents manuscrits coptes provenant d’égypte et datables des VIème-VIIème siècles, de manière assez sûre, puisqu’ils ont été trouvés lors de fouilles et avec d’autres documents permettant de les dater. Tous ces indices permettent de supposer que ces fragments ont été copiés aux environs du VIIème siècle, voire au VIème siècle, sans que l’on puisse, pour l’instant, préciser la datation, faute d’indications précises quant au lieu de copie des ces fragments et aux circonstances dans lesquelles ils sont apparus sur le marché des antiquités.

D’où provient probablement le palimpseste?

CL : Il n’est pas assuré que le texte copte et le Coran aient été copiés au même endroit: certains palimpsestes contenant un texte sous-jacent en copte ont en effet voyagé, et leur texte sous-jacent a pu être copié dans un lieu, avant que l’on ne décide de récupérer tout ou partie du codex pour le réutiliser, ailleurs en égypte, afin d’y copier d’autres textes, éventuellement dans d’autres langues.

Le manuscrit copte, par ses caractéristiques propres (format, paléographie, langue) a de bonnes chances de provenir de la Moyenne et Haute égypte, d’où nous sont parvenu nombre de manuscrits similaires (dans la région qui va d’Abydos à Hermopolis au moins), mais il demeure difficile de préciser davantage cette question à l’heure actuelle.

EC : Comme je l’ai dit plus haut, les caractéristiques matérielles et textuelles de l’écriture coranique ne permettent pas de l’associer à une pratique régionale en particulier. L’écriture employée suit un modèle diffusé dans l’ensemble des différents centres urbains. Quelques particularités textuelles, qui ont été ajoutées a posteriori, renvoient par contre à une tradition de lecture de Médine ; sachant que cette dernière a été largement diffusée en Egypte. Cette observation concorde par ailleurs avec un ensemble de manuscrits, découverts dans la mosquée de ‘Amr à Fustat, qui présentent les mêmes caractéristiques.

Quelles sont vos études ultérieures sur ce palimpseste?

CL : Il me semble que le plus important serait de pouvoir lire et identifier les fragments coptes de ce lot qui sont restés sans identification. Il faudrait pour cela pouvoir bénéficier de bonne photographies (idéalement des photographies multispectrales) qui permettraient de mieux visualiser le texte sous-jacent. Sans cela, les tentatives d’identification de certains fragments risquent fort d’être vouées à l’échec. Or, il reste la possibilité que certains fragments ne proviennent pas des mêmes livres. Sans photographies de bonnes qualité, il demeure impossible d’affirmer que tous les fragments coptes utilisés dans le codex coranique aient été bibliques. Il s’agit là d’une question important qui ne peut être résolue autrement que par un examen minutieux de la couche inférieure de ces fragments, avec l’aide des technologies modernes dont nous disposons. On peut donc considérer que ces fragments n’ont pas encore livré tous leurs mystères, et qu’il reste du travail pour en tirer le meilleur parti, mais que ce travail ne pourra se faire que s’il est possible d’accéder à nouveau aux originaux.

EC : Avec la reconstruction du texte inférieur, au moyen de l’imagerie multispectrale, on vise plusieurs choses : localiser plus précisément encore le manuscrit d’origine, mais aussi comprendre le processus de transformation du manuscrit copte en manuscrit coranique.

Malheureusement, ce document n’est plus accessible depuis la vente de Christie’s. Malgré notre insistance pour obtenir des images multispectrales des feuillets, l’acquéreur de l’objet ne nous a jamais contacté à ce sujet. Nous espérons que l’étude que nous essayons de mener et de diffuser fera évoluer la situation.


[1] Cellard fait référence à deux palimpsestes coraniques, actuellement conservés au Dar al-makhṭūṭāt au Yémen; explicitement DAM 01-27.1 et DAM 18 – ?. a. Le premier est daté du 1er / 2e siècle, alors que le second est du 3e / 4e siècle.

[2] Une photographie de ce folio a été publiée en 1908 par la Bibliothèque d’État de Berlin. L’édition de 1908 comprenait également des photographies de manuscrits orientaux, rédigés dans diverses langues, précédemment conservées à la Grande Mosquée de Damas. Voir Photographien von ausgewählten Fragmenten aus der Omayyaden-Moschee in Damaskus in verschiedenen Sprachen. Berlin, Staatsbibliothek, Mss. simulata orientalia 6, 1908. pl.3a (Nous remercions E. Cellard de nous avoir fourni ces informations).